Défenseurs des droits humains

Que veut-dire «défenseur des droits humains» ?

L’expression «défenseur des droits de l’homme» désigne toute personne qui, individuellement ou en association avec d’autres, œuvre à la promotion ou à la protection des droits de l’homme. Les défenseurs des droits de l’homme se reconnaissent avant tout à ce qu’ils font, et la meilleure façon d’expliquer cette expression est de présenter leur action et certains des contextes dans lesquels ils travaillent, étant entendu que la liste de leurs activités n’est pas exhaustive.

 

 

 

 

Que font les défenseurs des droits humains qui travaillent avec MOLI?

Depuis 2010, MOLI collabore avec des défenseurs des droits humains en tant qu’individus dans un contexte non professionnel et avec des défenseurs des droits humains  travaillant avec des organisations communautaires en tant que salariés ou bénévoles au niveau local (communes, provinces, districts), qui ont comme populations cible les groupes marginalisés, notamment les personnes LGBT au Burundi, l’est de la République Démocratique du Congo et au Rwanda.

Considérant le contexte hostile dans lequel ces Défenseurs des Droits Humains opèrent, dû à l’existence des lois répressives criminalisant les relations sexuelles entre personnes adultes de même sexe consentant au Burundi, à la discrimination et la stigmatisation des personnes LGBT dans la région des Grands Lacs, l’existence des dispositions limitant la liberté d’expression et d’association, la majorité des Défenseurs des Droits Humains LGBT collaborant avec MOLI opèrent dans la « clandestinité ».

Comment MOLI travaille-t-il avec les Défenseurs des Droits Humains LGBT ?

Cette collaboration passe par les canaux suivants :

  • Échange d’informations et communication (réunions d’échange, appels téléphoniques, courrier électronique, etc.) ;
  • Renforcement des capacités sur le recueil et la diffusion des informations sur les violations des droits de l’homme, les moyens de collaboration avec des mécanismes régionaux (la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples) et internationaux susceptibles de les aider à améliorer la situation des droits de l’homme dans leur pays ;
  • Renforcement des capacités sur la prévention des incidents de sécurité, la gestion de la sécurité individuelle et organisationnelle, et sur les mécanismes aux incidents de sécurité ;
  • Assistance et orientation dans l’aide des victimes de violations des droits de l’homme sur base d’orientation sexuelle et d’identité de genre ;
  • Actions communes dans la défense du principe de responsabilité et mettre fin à l’impunité ; dans l’engagement en faveur de la mise en place de meilleures politiques interagissant avec la notion d’orientation sexuelle et d’identité de genre ; dans la contribution à l’application des instruments relatifs aux droits de l’homme ; dans l’éducation et formation dans le domaine des droits de l’homme.