Grandes dates autours de la pénalisations de l’Homosexualité au Burundi

  1. 22 novembre 2008: le député Fidèle Mbunde introduit  dans le nouveau code pénal, sans aucune consultation une disposition contre les relations entre deux personnes de même sexe.
  2. 23 novembre 2008: Assemblée Générale extraordinaire de ARDHO, Association pour le Respect et Droits des HOmosexuels pour analyser la situation.
  3. 25 novembre 2008: mobilisation des structures et institutions de lutte contre le Sida autours au Conseil National de Lutte contre le Sida sur l’article 563 du nouveau code pénal.
  4. 26 novembre 2008: constitution d’un groupe de travail ad hoc composé des missions diplomatiques européennes et la société civile burundaise sur la question.
  5. 05 décembre 2008: entretien avec la députée Cathérine Mabobori sur la pénalisation de l’homosexualité.
  6. Entretien avec M. Okala, expert indépendant des Nations Unies pour les Droits de l’Homme au Burundi.
  7. 16 février 2009: entretien avec Mme Inger Représentant de l’Onusida, région Afrique.
  8. 17 février 2009: rejet par le sénat de l’article 563.
  9. 26 février 2009: appel à la prise en considération effective des homosexuels dans la lutte contre le Sida au cours du « Forum National  sur la définition des cibles pour l’accès universel au Burundi ».
  10. 06 mars 2009: grade mobilisation contre les homosexuels organisée par le Cndd Fdd (parti présidentiel). Entre 10 000 et 20 000 personnes ont defilé à Bujumbura pour soutenir le parti au pouvoir dans sa démarche de pénaliser l’homosexualité.
  11. 13 mars 2009: l’Asssemblée Nationale rejette en deuxième lecture la position du sénat sur l’article 563.
  12. 18 mars 2009: café de presse organisé l’Anss sur la pénalisation de l’homosexualité et son impact dans la lutte contre le Vih/Sida au Burundi.
  13. 22 avril 2009: le président Pierre Nkurunziza promulgue le noveau code pénal. En son article 567, ce nouveau code érige les rapports sexuels entre deux personnes de même sexe en crime passible d’une amende de 50 à 100 000 francs burundais (environs 40 à 80 US $)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *